Vitesses de Décollage V1, Vr, V2

Le décollage, pour un aéronef ou un véhicule spatial, est l'action de quitter le sol et, par extension, la phase transitoire pendant laquelle il réunit les conditions nécessaires pour entamer son vol dans les conditions optimales de performances et de sécurité.

Dans le cas le plus courant, celui de l'avion, la phase de décollage se situe entre le roulage au sol et la montée à l'altitude opérationnelle. C'est une phase critique car le pilotage peut être compliqué par la faible manœuvrabilité à basse vitesse, la présence d'obstacles ainsi que par les phénomènes météorologiques ou les incidents techniques d'autant plus gênants que l'avion est proche du sol.
Pour les autres types d'aéronefs les particularités sont détaillées ci-dessous.

Le décollage s'effectue le plus souvent à partir d'infrastructures concentrant un grand nombre d'aéronefs. Il est donc l'objet de procédures particulières de la part du contrôle aérien.

L'exécution d'un vol comprend cinq phases principales :

Roulage ;
Décollage, puis montée à l'altitude de croisière ;
Croisière ;
Atterrissage, précédé de la descente à partir de l'altitude de croisière ;
Roulage

Vitesses de Décollage V1, Vr, V2 

Pour décoller, l'avion doit acquérir une vitesse suffisante par rapport à l'air. Il s'aligne donc à l'extrémité de la piste qui fait face au vent. Grâce aux abaques fournies par le constructeur et en fonction de la masse de l'appareil, de la densité de l'air (fonction de l'altitude, de la pression et de la température) et des conditions locales (longueur de la piste, obstacles), le pilote détermine les vitesses V1,V2,VR.

une petite video explicative de Captain Joe.

 

 V1 : Vitesse au-dessous de laquelle il peut encore arrêter l'avion en cas de panne d'un moteur.

 VR : Vitesse à laquelle il effectue sa rotation.

V2 : Vitesse à partir de laquelle il peut décoller en toute sécurité même en cas de panne d'un moteur.

La rotation, manœuvre qui relève le nez de l'appareil, a pour effet d'augmenter l'angle d'incidence, donc la portance, et introduit une composante verticale de la traction qui s'ajoute à la portance. Dès le décollage effectué le pilote rentre le train d'atterrissage et les dispositifs hypersustentateurs pour diminuer la traînée. L'avion peut alors commencer sa montée vers son altitude de croisière.

Lorsque l'avion accélère la portance s'accroît ce qui diminue la pression sur le train directeur (roulette de nez ou de queue). La gouverne de direction n'étant pas encore pleinement efficace l'avion traverse une phase où il est difficilement contrôlable.

 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.