Créer un site gratuitement Close

Niveau de vol

Niveau de vol

Un niveau de vol est en aéronautique une altitude exprimée en centaines de pieds au-dessus de la surface isobare 1 013,25 hPa.

Un niveau de vol est exprimé en centaines de pieds, et précédé de l'acronyme FL (Flight Level, niveau de vol). Ainsi une altitude de 30 000 pieds avec un calage de 1 013,25 hPa est notée FL 300.

La référence 1 013,25:

En altimétrie, une altitude en aviation est calculée à partir d'une différence de pression entre une pression avec laquelle on calibre l'altimètre et la pression statique à l'extérieur de l'avion. Pour mesurer une altitude par rapport à un aérodrome, on entre comme pression de référence la pression au sol sur l'aérodrome, appelée QFE. Pour avoir une altitude par rapport au niveau de la mer, on calibre l'altimètre avec la pression ramenée au niveau de la mer, le QNH.

 

On pourrait penser que le QNH est la façon la plus simple d'obtenir une altitude en vol. Mais en fait, la pression atmosphérique ramenée au niveau de la mer change suivant les endroits. Il faudrait donc, surtout pour un vol de longue durée, recalibrer constamment l'altimètre avec le QNH local pour avoir une altitude. Il y aurait alors un risque de voir deux avions avec un calage différent être beaucoup plus proches verticalement que les altitudes indiquées sur leurs altimètres ne le laisseraient penser. Pour éviter cela, comme une telle précision n'est pas nécessaire dans un vol, au-dessus d'une certaine altitude, quand la proximité du relief est moins importante, tous les pilotes changent leur calage en un calage standard, 1 013,25, qui est la pression au niveau de la mer en atmosphère standard. Il est ainsi garanti que tous les avions au-dessus de cette altitude, appelée altitude de transition (TA), utiliseront la même référence pour calculer leurs altitudes.

 

 

 

 Utilisation des niveaux de vol :

L'utilisation des niveaux de vol obéit généralement à la règle semi-circulaire. Pour aider les aéronefs à se séparer, notamment dans les espaces aériens non contrôlés, les règles d'utilisation sont les suivantes :

  • Les vols VFR utilisent les niveaux de vol se terminant par un 5 : FL 45, FL 55, etc.
  • Les vols IFR utilisent les niveaux de vol se terminant par un 0 : FL 50, FL 60, etc.
  • Les niveaux de vol sont qualifiés de pairs et impairs suivant leur chiffre des dizaines :
    • Pairs : FL 40, FL 45, FL 60, FL 65, FL 80, FL 85, FL 100, FL 105, FL 120, etc.
    • Impairs : FL 50, FL 55, FL 70, FL 75, FL 90, FL 95, FL 110, FL 115, FL 130, etc.
  • Les niveaux de vol impairs sont utilisés quand l'aéronef suit une route magnétique entre 0° et 179°. Le moyen mnémotechnique associé est : Impair comme Italie (qui est à l'est de la France).
  • Les niveaux de vol pairs sont utilisés quand l'aéronef suit une route magnétique entre 180° et 359°. Le moyen mnémotechnique associé est : Pair comme Portugal (qui est à l'ouest de la France).

Grâce à ces règles, on assure un espacement de 500 pieds entre un IFR et un VFR. On assure 1 000 pieds entre deux aéronefs en régime de vol identique, mais de direction opposée.

Le contrôle aérien peut déroger à la règle semi-circulaire, soit de manière ponctuelle à l'aide d'une clairance, soit de manière systématique. Ainsi, les règles d'utilisation des niveaux de vol sur certaines routes sont définies comme "Pair vers le nord et impair vers le sud". La règle semi-circulaire doit être considérée comme un guide, non comme une règle fixe et absolue. Cependant, le respect de cette règle augmente grandement la sécurité et il est fortement conseillé de la suivre chaque fois que cela est possible.

Cette règle s'applique pour les vols d'altitude égale ou supérieure à 3 000 pieds ASFC[1] ou à l'altitude de transition si celle-ci est définie dans un espace aérien donné.

L'ancienne réglementation introduisait la notion de "surface S" qui correspond à l'altitude la plus élevée entre 3 000 pieds AMSL[2] ou 1 000 pieds ASFC. La surface S est toujours utilisée afin de définir les conditions météo nécessaires à un vol VFR, dites conditions VMC

Liens externes

Guide VFR du Vol à Vue par le SIA (Service d'Information Aéronautique)

 Notes et références

  1. Above Surface, littéralement au-dessus de la surface (sol)
  2. Above Mean Sea Level, littéralement au-dessus du niveau moyen de la mer

 Exp:

1) L'Altitude de Transition (TA) est fixée à 5000 ft au niveau national
    Si dans une TMA cette TA est différente, elle est notée sur la carte au1/1000 000 et non sur la carte OACI au   1/500 000. La valeur est la même dans toute la zone contrôlée


2) Le Niveau de Transition se calcule.
    Il correspond au premier niveau IFR utilisable après la TA. Il varie en fonction de la pression
    atmosphérique du moment dans la TMA concernée. Cette valeur est donnée, entre autres, par l'ATIS.


3) La couche de transition.
    Elle correspond à l'espace aérien compris entre l'Altitude de Transition (TA) et le Niveau de Transition.
    Il est interdit de voler, en vol stabilisé dans la couche de transition. Dans la pratique cette couche ne représente que 100 à 150 ft maxi.


2) Règle « semi-circulaire » en VFR
    Dans une TMA,
     · au dessus de 3000 ft sol, on respecte toujours la « semi-circulaire ».
       Niveau de vol (FL) ou niveau QNH pair + 5 de 180° à 359°, impair + 5 de 0° à 179°).
       Niveau de vol (FL) au dessus de la TA en montée et en vol stabilisé.
       Niveau QNH de 3000 ft AGL à la TA en montée ou en vol stabilisé. En descente à
       partir du Niveau de Transition, jusqu'à 3000 ft.
   · en dessous de 3000 ft sol, on vole toujours au QNH. Le QFE ne doit plus être utilisé.
       Il est fortement conseillé de respecter aussi la « semi-circulaire ».
       Hors TMA,
    · au dessus de 3000 ft sol on vole en niveau de vol (FL) (alti calé à 1013) et on
      applique la règle « semi-circulaire »
    · en dessous de 3000 ft sol, on vole toujours au QNH. Le QFE ne doit plus être utilisé.
      Il est fortement conseillé de respecter aussi la « semi-circulaire ».

 

 

 

TUTORIAL NIVEAU DE VOL ET PARITE

 

 

 http://www.de-la-calle.net/flex/pub/tutorial_parite.pdf

 

 

 

7 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Commentaires (8)

1. BELKACEM KABLIA MATH 12/06/2011

C'est très intéressant RAFIK, surtout que je suis porté sur l'aviation, j'espère réaliser ce rêve bientôt nchalah

2. heliko 14/04/2011

salut Rafik;
C’est très important et très intéressant ce que vous êtes en train de donner au domaine de l'aviation.
Merci que dieu vous protège.

3. Jan 25/05/2010

Bonjour,

Quelle est la distance que parcourt un avion à 3000 métres par rapport à ma position entre 2 horizons dison nord sud sur mer ou terre plane.
Ceci pour connaitre le quadrillage des chemtrails ou trainnées fait par les avions...

merci jan @ +

4. SMAIL , canada 05/03/2010

bjr rafik ...merci pour ton site super !!

voila je suis en b737-400 standar .

comment suivre un sid ou star sachant que jai que le GPS ? MERCI RAFIK

5. Rafikpilote 01/03/2010

Le QNH est un code, qui signifie: « Quelle est la pression atmosphérique (en hPa ou en mbar, convertie au niveau de la mer selon les conditions de l'atmosphère standard) ? » selon le code Q. En aéronautique, c'est la « pression barométrique corrigée des erreurs instrumentales, de température et de gravité et ramenée au niveau moyen de la mer (MSL ou Mean Sea Level) suivant les caractéristiques de l'atmosphère standard (variation de 2 °C/1 000 ft ou 6,5 °C/1 000 m) ». Pour avoir une altitude par rapport au niveau de la mer, on calibre l'altimètre avec la pression ramenée au niveau de la mer, le QNH. (Niveau de vol).

pour la transition d'altitude TA, j’ai ajouté un exemple explicatif.
Bon vol

6. ali2000 28/02/2010

merci RAFIK............ C SUPER WALLAH CONTINUE ...

voila jai une question : en pratique je suis super au pilotage au reseau ivao dans tous les cas ifr , vfr ; z ; y ..........mais en théorie j'arrive pas à comprendre exactement :

- c quoi la transition d'altitude TA ? et le QNH ?


EXCUSE MOI JE SUIS PROF DE MATHS ET POURTANT MA TETE ME FAIT MAL !!!!








merci frére .............bon courage

7. Rafikpilote 15/02/2010

Slimane
-Chaque procédure fixe une visibilité minimale obligatoire ainsi qu'une hauteur minimale de descente (MDA), ou la hauteur de décision (DH). Ces minima varient en fonction des appareils, classés d’après leur vitesse d’approche ¬ les appareils les plus rapides ayant besoin d’une plus grande visibilité que les appareils plus lents.
Le VFR pour Visual Flight Rules. Elles font intervenir des références extérieures (horizon, observation du sol) et ne nécessitent généralement pas un suivi par les organismes de la circulation aérienne.
La pratique du VFR nécessite des conditions météorologiques minimales qui s'expriment en visibilité et distances par rapport aux nuages : ce sont les conditions VMC (Visual Météorologique Consistions).
En conditions VMC, le pilote peut pratiquer le vol à vue (VFR), mais aussi, s'il est qualifié pour le faire, le vol aux instruments (IFR).
En conditions IMC (Instrument Meteorological Conditions), c'est à dire lorsque les conditions VMC ne sont pas réalisées, seuls les vols aux instruments (IFR) et le VFR spécial sont autorisés.
Alors pour une approche avec une visibilité nul on est obligé de planifier un vol IFR sinon pas d’autorisation de vol même pour les petit avions
-Oui des fois les pilote enlève le casque psq il son dans une zone non contrôlé (Pas d’ATC) mais il suive le trajectoire de dernier contrôleur jusque au moment de l’approche d’une autre zone contrôlé mais c un peu risqué il se trouve des fois un autre avion sur le meme trajectoire alors de préférence resté a l’écoute si l’avion ne dispose pas de TCAS .

8. slimane CO-pilote 14/02/2010

rafik
Dans le decollage on doit toujour utiliser IFR?

quand on peut utiliser le VFR et annuler le IFR?

des fois on voit les pilote n`apporte pas le casque pour ecouter l`ATC,est que parcke sont au VFR ou autre chose (au mlieu de trajet).

quand est que il apport une autre fois

Thanks

Ajouter un commentaire

Locations of visitors to this page )

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site